LE TRAVAIL AU NOIR,
LUTTE HISTORIQUE DES ACTEURS DES SERVICES A LA PERSONNE

Depuis quelques temps, les acteurs des services à la personne pressentent une recrudescence du travail au noir et souhaitent valider ou infirmer cette perception.

Par ailleurs, la hausse de la TVA annoncée au 1er janvier 2014 inquiète les acteurs. A l’aube de ce changement de TVA, l’un des groupes leader du secteur souhaite mesurer les pratiques actuelles des français en terme de travail déclaré ou non.

En 2008, un premier baromètre avait déjà été mené (avec TNS SOFRES). 5 ans après c’est Market Audit qui a été choisi pour piloter ce nouveau baromètre, avec pour objectifs de :

  • Mesurer les pratiques en matière de travail non déclaré
  • Mettre en avant les connaissances des répondants concernant le travail au noir
  • Analyser l’évolution du travail au noir 5 ans après

En parallèle de cette étude, les acteurs du secteur lancent une campagne de sensibilisation «Le Travail au noir, c’est Ringard »… dans un souci :

  • D’informer sur des risques du travail au noir
  • De rappeler l’impact économique du travail au noir
  • De rappeler que c’est un frein majeur au développement de l’emploi salarié dans le secteur des services à la personne
  • De contrer les idées reçues

LES RÉSULTATS DU BAROMÈTRE 2013 « TRAVAIL AU NOIR »

UN CONSTAT ALARMANT
Hausse massive du travail au noir depuis 5 ans

  • 54% de travail dissimulé ( noir et gris*) pour les gardes d’enfants occasionnelles type baby-sitting
  • 37% de travail dissimulé pour les gardes d’enfants en journée
  • 42% pour l’accompagnement des seniors

Augmentation colossale du travail gris ( déclaration partielle des heures prestées) :

  • + 18 points concernant les tâches ménagères vs étude 2008 ( de 1% à 19%)
  • 32% de travail gris pour l’accompagnement des personnes âgées à domicile
  • 23% pour le jardinage

Cette année, 33% des français déclarent travailler ou avoir travaillé au noir vs 13% en 2008 !

Les répondants ont de plus en plus le sentiment que les risques encourus ne sont pas importants particulièrement concernant :

  • Les indemnités de licenciement
  • La peine d’emprisonnement

Manque accru d’informations sur les risques encourus : 47% ne sont pas informés des risques du travail non déclaré


Méconnaissance des avantages fiscaux et financiers :
51% des français ont le sentiment que les avantages fiscaux ont baissés. Et 6% pensent même qu’ils ont été totalement supprimés.

*gris= déclaration partielle des heures prestées